SERGE RUAUD    
A'que son nez planté presqu'en milieu d'figure
Qu'est là qui fait le guet entre elle et l'air pur,
Ou bien qu'est trop petit ou alors je n'sais quoi,
Mais qui ne respire pas la joie,

Qu'elle ne peut pas, c'est sûr, se refaire une santé
Ni même au minimum s'aérer les idées,
Qu'elle est là, qu’elle a l'air toute exténuée
Par des années de mal digéré.

Elle est toute imprégnée de rancune
Qu'elle étouffe et qu'elle refoule,
La bouche ronde en bord de lune
Les lèvres en cul de poule...

Faudrait pas qu’elle nous tombe malade,
Ni même qu’elle ne prenne froid,
Le mieux ce serait qu’elle reste chez toi,
Qu’on reste camarades.
Surtout ne crois pas qu’elle me déplaise,
Encore moins que je n’lui en veuille,
Mais je ne voudrais pas porter le deuil
D’une soirée mauvaise.

En éminente membre de la sainte clique
Des féministes pures de tout premier choix,
A inclinaison très égocentrique
Tendance « je ne pense qu'à moi ».

Militante de choc, partisane absolue
D'une espèce très rare de parité parfaite,
Elle compte, elle échange et elle distribue
En famille couteaux et fourchettes.

Tu dois deux vaisselles pour six ménages,
Une tondeuse pour dix repas,
Un caddy ras-la gueule fait deux lavages,
Un câlin c’est dix cabas...

Faudrait pas qu’elle nous tombe malade,
Ni même qu’elle ne prenne froid,
Le mieux ce serait qu’elle reste chez toi,
Qu’on reste camarades.
Surtout ne crois pas qu’elle me déplaise,
Encore moins que je n’lui en veuille,
Mais je ne voudrais pas porter le deuil
D’une soirée mauvaise.

Comme tu n’cours pas le risque d'être un jour cocu
Ce ne s'ra pas la peine de tenter ta chance
Tu ne s’ras pas celui que tout l'monde aura vu
A l'émission d'télé du dimanche.

Montrer sa bouille hilare à tout un pays
Pour qu'on lui demande s'il est un bon mari,
S'il est vraiment heureux dans tout' sa petite vie
Et c'est sûrement mieux ainsi.

Il n’y a plus d’espoir qu’on n’te la vole
Ni même qu’un copain ne t’épaule
Pour voir c’que ça fait de picorer
Dans le p’tit jardin d’à côté

Faudrait pas qu’elle te tombe malade,
Ni même qu’elle te prenne froid,
Le mieux ce serait qu’elle reste chez toi,
Qu’on reste camarades.
Surtout ne crois pas qu’elle me déplaise,
Encore moins que je n’lui en veuille,
Mais je ne voudrais pas porter le deuil
D’une soirée mauvaise.
 
      Femme de mon pote - 2005  
Accueil
Spectacle
Biographie
Discographie
Chansons
Actualité
Photos
Vidéos
Livre d'Or
Coups de coeur
 
  Ne viens surtout pas avec ta femme !  
A tous ceux qui n'ont pas pu "choisir" la femme de leur pote !
Contacts ISCW : T-702.491.237.8 / Album “Coupable” - SDRM n°: 125345