SERGE RUAUD    
Dans une langue que je ne comprends pas,
Une petite fille aux yeux trop grands
Pose des mots sur chacun de ses pas,
Pose des mots sur un refrain d’enfant.

Et elle danse en tapant dans ses mains,
Et elle chante son air venu de loin,
Qu’un homme en noir accompagne tout bas
D’une guitare qu’il gratte d’un seul doigt.

Chante,
Chante
Et en fermant les yeux
Tu les verras tous deux,
Sur ta rivière bleue
Avec son pont sur deux
Resté debout
Avec plus rien au bout.

Et d’une voix dont on ne peut savoir
La part du triste ni celle de l’espoir,
De cette voix, elle murmure tout bas
Tant de prénoms que je ne connais pas,

Tant de prénoms qui se portent là-bas
Tant de prénoms qu’elle n’oubliera pas,
Et même si elle ne sait pas très bien
Qu’elle les chante au nom de tous les siens.

Chante,
Chante
Pour tous ces souvenirs
Qui n’ont comme avenir,
Que quelques pages noires
De livres obligatoires
Des cours d’Histoire
Qu’on oubliera plus tard.
Mais toi tu referas
Avec tes yeux trop grands
Le chemin pas à pas
Vers tes parents,
Et tu murmureras
Encore cette chanson
Pour une croix
Portant ton nom.
 
      Petite fille aux yeux trop grands - 1997  
Accueil
Spectacle
Biographie
Discographie
Chansons
Actualité
Photos
Vidéos
Livre d'Or
Coups de coeur
 
  Petite orpheline en exil  
Des yeux... au journal de 20 heures !
Contacts ISCW : T-702.222.152.1 / Album “Chanter” - SDRM n°: 67018