Divorce à l'ancienne

 

L’encre du beau contrat,
N’était pas d’qualité,
A peine avait séché,
Qu’elle s’effaçait déjà,

Le papier d’la mairie,
L’était pas résistant,
L’a pris un mauvais pli
Au premier coup de vent…

Un soir qu’j’étais parti
Tu as pris pour amant
L’une de tes amies…
J'avoue qu'c'était tentant !

Pour trouver un peu d'air,
Moi j’ai tendu ma bouche
A une secrétaire
A une ex sur la touche...

Mais après soixante-huit,
C’était petit calibre,
Emmanuelle était hit
Et l’amour libre,

On n’était pas fâchés
On avait d’la tendresse,
On a juste oublié
Deux trois promesses…

Mais la loi du divorce
Qui s’appliquait encore,
Quand il fallait de force
Que l’un des deux ait tort,

A conduit notre amour
Chez des avocaillons,
A fait qu’en quelques jours
On s’refilait des gnons.

Juste pour signer en bas
D’une page d’état-civil
Ce fut un vrai combat
Pas si facile,

Il fallait des avis,
Il fallait des témoins,
Il fallait des délits,
Des coups de poing…

Tu vas voir mon chou
C’qu’j’ai inventé,
Je vais te tordre le cou
Comme un poulet,
Attends un peu mon cœur,
J’te refais le portrait,
Laisse-moi deux ou trois heures
Que j’arrange le dossier…

Telle une meute de loup,
La plupart de tes proches
Ont crié leur dégout,
Exprimé leurs reproches,

En quelques jours à peine,
Tu en as poussé trente
A dévaler la pente;
A soussigner leur haine...

Alors de mon côté,
J’en ai trouvé quarante
Qui ont pu attester
D’tes mœurs choquantes,

Pour plus de la moitié,
Ils t’avaient très peu connue,
Pour la part qui restait,
Même jamais vue

Tu me colles un constat
J’t’envoie l’huissier,
N’faut pas en rester là,
Faut du papier...
Attends un peu mon cœur,
J’te refais le portrait,
Laisse-moi deux ou trois heures
Que j’arrange le dossier

Mais la juge s’en foutait
Du fond d’son tribunal,
Plaquée par sa moitié,
Qui s’était fait la malle,

Son amateur de clopes
Étant parti un soir
Pour se refaire le stock
Et ne plus la revoir,

Elle en avait conclu
Qu’si les femmes sont cocues,
C’est la faute des mâles
Qui cavalent

Alors pour la sentence,
Elle n’tirait pas au sort,
C’était cousu d’avance :
Les hommes ont tort...

Plus besoin de constat
Et plus d’huissier,
Pas besoin de ce tas,
De faux papiers,
Ne t’inquiète plus mon cœur,
Pour ton joli portrait,
L'concours du plus menteur
C'est toi qui vas l'gagner !

2011 - ISCW : en cours
Album "Fin du livre"

   Divorce à l'ancienne (en cours de mixage)