SERGE RUAUD    
Les fleurs de vieux pavés
Ne poussent plus beaucoup
Au cœur des vieilles villes.
Elles se sont fanées,
Tout le monde s’en fout,
La vie, c’est pas facile.

La chanson de Verlaine,
L’orgue de barbarie,
N’ont pas pu nous rester.
Adieu donc la rengaine,
Tu n’vivras plus ta vie
De fleur des vieux pavés.

Qui chantait… la, la, la
La , la, la…

C’est vrai tout s’est enfuit,
Il faut que le temps passe,
Et l’on sait que la vie
C’est toujours trop fugace,
Pourtant aux vieux pavés,
S’accrochaient tant de charmes,
Que l’amour y trouvait
Ses fleurs et ses larmes.

Les fleurs des vieux pavés
Ne chantent plus le soir,
C’est bête et sans retour.
Mais j’entends s’envoler
Du bord de ce trottoir
Une chanson d’amour…

La, la, la,…
La, la, la…

Après tout à quoi bon
Pleurer sur le passé ?
Suffit d’une chanson
Pour tout recommencer,
Des fleurs des vieux pavés,
De l’âme des poètes,
Je me suis enivré,
Tourne la chansonnette…

La, la, la….
 
      Fleurs des vieux pavés - 1970  
Accueil
Spectacle
Biographie
Discographie
Chansons
Actualité
Photos
Vidéos
Livre d'Or
Coups de coeur
 

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

  Le charme des rues d'antan  
A mon père et aux villes d'antan
Contacts ISCW : T-702.112.729.9 / Album “Un instant d'éternité” - SDRM n°: 84348