Sweety

A Marion et à Sweety, son complice...

Dans un grand champ bancal,
Pas un enclos, pas un corral,
De nombreux piquets d’acacia
Et deux rangées de rubans plats.
C’est là qu’il est tout seul,
Au grand milieu de son vieux pré,
Il regarde souvent la meule
De foin qu’est pas loin, exprès,

C’est vrai qu’t’étais en avance
Pour tes toutes premières rondes,
Il t’a appris dès l’enfance
Le pas du monde,
Oh, combien de vacances
En landes chaudes et routes creuses
Sur des chemins d’adolescence
Poussiéreuse,

Il pourra faire d’son mieux,
Il aura beau faire doucement
Pour retrouver son pré précieux
Qu’il a piétiné si longtemps,
S’il le fait en silence
Et même s’il choisit la nuit,
Moi j’entends déjà à l’avance
Comme une sorte de sacré bruit.

L’echo de toute une enfance
Plus un grand bout d’ton existence,
Une moitié d’ta vie partie
Au paradis.
Oh pas à celui des humains
Auquel plus personne ne croit,
Mais à celui des chevaux bruns
Pour une fois.

Quand son pas se f’ra lourd,
Quand il va devoir se poser,
Y’a tes souv’nirs qui vont tomber
Bien à côté, tout autour.

Bien à côté, tout autour…

2007 - ISCW : T-702.491.238.9
Album “Coupable”

   Sweety (extrait)
>